Wateroom, pourquoi ?

Tout remonte à l'hiver 2015. Nous résidions à l'époque à Galway, et étions en séjour professionnel à Dublin. Nous devions dîner avec des amis le soir même dans la capitale Irlandaise avant de reprendre le citylink dans la nuit pour rejoindre notre sweet home sur la côte ouest. Mais une journée de séminaire, ça use. Il est 17h, nous sortons du Convention Center, notre rendez-vous en centre-ville est prévu à 20h30, et nous sommes dans un état de fraîcheur physique tout relatif. On "pègue", comme disent les sudistes. Oui, même les jeunes entrepreneurs dynamiques transpirent, surtout quand leur dernière douche remonte à 5h le matin même. 

Et là, une question nous traverse l'esprit : où peut-on se doucher ? Il n'y a pas de douches publiques en ville, selon Google. On se voit mal débarquer avec nos laptops et nos pochettes dans une piscine municipale, à l'improviste, juste pour se doucher. On a besoin d'une vingtaine de minutes dans une vraie salle de bains, au calme, histoire de cool off comme disent les anglophones. Une douche, un lavage de dents, un coup de déo, un coup de frais. Et il n'y a rien pour nous l'offrir. 

Là, commence le côté "pigeon" de l'histoire : on avait tellement besoin d'une douche qu'on a loué une chambre d'hôtel. Pour 2 heures. Et juste pour une douche. 90€, ça fait cher la douche, quand même. Inutile de vous dire qu'on a emporté les petits savons cadeaux, à ce prix-là. 

En sortant de l'hôtel, contrariés de s'être fait délester de nos deniers, l'idée commence à germer. "Aujourd'hui, on peut tout louer, une voiture, un lit, une machine à laver, une place de parking, mais pas une salle de bains". "On a qu'à le faire". 

Voilà comment est née l'idée de Wateroom.

Et chemin faisant, nous nous sommes aperçus qu'il pouvait convenir à bien d'autres usages. Sportifs en ville, voyageurs hors des sentiers battus, road-trippeurs, mères de famille ayant besoin d'un lieu pour changer leur enfant, businessmans éreintés, en somme : tout le monde. Car tout le monde a besoin, à un instant de sa vie, d'un coup de fraîcheur. 

Voilà. Notre défi désormais est de populariser l'outil pour faire en sorte que des hôtes émergent, partout, pour satisfaire les utilisateurs de notre plateforme. 

Pour partager un peu de fraîcheur, dans ce monde de brutes. #SharingCoolness

 

Maxime et Jean-Charles
Co-fondateurs de Wateroom